1 commentaire

Systemes d’extraction d’energie libre

Petit rapel: la « sur-unité» est une impossibilité. La sur-unité indiquent que plus d’énergie peuvent être retirés d’un système par rapport à l’énergie totale qui entre dans le système. Ce n’est pas possible; vous ne pouvez pas avoir plus de 100% de rien. Cependant, il ya une autre façon tout à fait valable de regarder le fonctionnement de tout le système, et c’est d’évaluer le rendement du système par rapport à la quantité d’énergie que l’utilisateur doit mettre pour le faire fonctionner. C’est ce qu’on appelle le «coefficient de performance» ou «COP» pour faire court. Un COP = 1, c’est quand toute l’énergie mise par l’utilisateur est renvoyé comme résultat utile. Un exemple, un bateau à voile dans une brise  transporte des bonnes gens sans avoir besoin de l’énergie du mouvement  fourni par l’équipage. L’énergie provient de l’environnement local et tandis que le rendement est faible, le COP est supérieur à 1. Ce que nous cherchons ici n’est pas quelque chose à exploiter de l’énergie des éolienne, de l’énergie des vagues, de l’énergie du soleil, de l’énergie fleuve, de l’énergie thermique ou autre chose mais nous voulons quelque chose qui peut taper sur le champ d’énergie invisible qui nous entoure, à savoir le «point zéro énergie « .

Pour cela, penchons-nous sur circuits de pulsation utilisés par un large éventail de personnes dans un certain nombre de dispositifs, en apparence tout à fait différents. Une électrique « d’impulsion » est une élévation soudaine de la tension. Cependant, les impulsions sont rarement généré comme des événements isolés lors du travail avec des dispositifs pratiques, de sorte qu’il est probablement mieux de penser à un train d’impulsions, ou une «forme d’onde » avec fronts montants et descendants très pointues. Ceux-ci peuvent être appelés oscillateurs ou générateurs de signaux et sont tellement banal que nous avons tendance à ne pas leur donner une seconde pensée, mais les facteurs vraiment importants pour l’aide d’un oscillateur pour énergie du point zéro , c’est la qualité du signal. Idéalement, ce qui est nécessaire c’est une vague parfaite carré sans dépassement, et un niveau de tension qui ne va jamais en dessous de zéro volts, ou une forme d’onde complexe, avec une attaque très forte et des temps de décroissance. Ces formes d’onde sont beaucoup plus difficiles à produire que vous pourriez imaginer.

Considérons le dispositif suivant.

Frank Prentice COP = 6 Système pulsé aérienne.
Electrical Engineer Frank Wyatt Prentice des Etats-Unis a inventé ce qu’il a décrit comme un «accumulateur électrique d’alimentation» avec une puissance de sortie de six fois supérieure à la puissance d’entrée (COP = 6). Il a obtenu un brevet en 1923 qui dit:

Mon invention concerne des améliorations dans les accumulateurs électriques, dans lequel la terre, agissant comme rotor et l’air ambiant comme un stator, recueille l’énergie ainsi produite par la terre tournant sur son axe, il l’utilise pour l’alimentation et à d’autres fins.

Dans le développement de mon système de train COMMANDE SANS FIL pour chemins de fer, couverts par mon United States Patent Nombre Lettres 843550, j’ai découvert que, avec une antenne constituée d’un fil de diamètre approprié pris en charge sur les isolateurs, de trois à six pouces au-dessus du sol et s’étendant d’un demi mile, plus ou moins de longueur, l’antenne étant mis à la terre à une extrémité par un éclateur, et excitée à l’autre extrémité par un générateur à haute fréquence de 500 watts entrée et ayant une fréquence secondaire de 500 000 Hz, se produisent dans l’antenne, une fréquence oscillatoire la même que celui des courants de terre et ainsi l’énergie électrique autour du support  été accumulée sur la longueur de l’antenne d’émission et avec une antenne en boucle fermée, oscillant, de 18 pieds de longueur s’étendant parallèlement à l’antenne d’émission à une distance d’environ 20 pieds, il était possible d’obtenir grâce à un réglage de l’antenne en boucle, une puissance suffisante à la lumière pour pouvoir allimenter une pleine banque d’une série de 50 lampes au carbone 60 watts. Abaisser ou élever la fréquence de 500 000 Hz. a entraîné une diminution de la quantité de puissance reçu par l’antenne de 18 pieds.

De même, que redresser l’antenne d’émission a entraîné une diminution proportionnelle de la puissance obtenue sur les antennes de réception et à 6 pieds au-dessus de la terre rien n’ était obtenue sans un changement de la tension et la fréquence.

C’est l’objectif de mon invention générique d’utiliser la puissance générée par la terre, par les moyens décrits ici et illustré dans les dessins. Les deux dessins montrent des formes simples de cette invention, mais je veux qu’il soit bien entendu qu’aucune limitation se fait nécessairement à des circuits exactes et précises, des formes, des positions et des détails structurels présentés ici, et que les changements, transformations et modifications peuvent être fait quand on le désire dans le cadre de mon invention, et comme spécifiquement indiqué dans les revendications.

En se référant particulièrement à la figure 1, 1 et 2 sont en alternance des fils d’amenée de courant d’alimentation 110 volts 60 cycles par seconde pour un générateur haute fréquence. 3 est un commutateur à pôles 4 et 5, alors que 6 et 7 sont des connexions au transformateur à haute fréquence 8, qui est utilisé à l’étape donnée de la fréquence de 500 kHz et la tension, par exemple à 100 kV. 9 est une bobine d’inductance, la figure 10 est un éclateur à étincelle, 11 est un condensateur variable, 12 est l’enroulement primaire et l’enroulement secondaire 13 du transformateur 8. L’enroulement secondaire est relié à la masse par condensateur variable 16, et le fil 17. Fil 14 relie transformateur 8 à l’antenne de transmission principale 19 qui est supporté le long de sa longueur sur des isolateurs 20. Éclateur 21 est placé entre l’antenne de transmission principale 19 et la masse 24, en passant par le branchement des fils 22 et condensateur variable 23. L’antenne de transmission principale 19, peut être de n’importe quelle longueur désirée.

Dans la Fig.2, 25 est une antenne en boucle fermée oscillant de toute la longueur désirée. Pour une plus grande efficacité, il est exécuté en parallèle avec la boîte de transmission principale l’antenne 19 de la figure 1. Fil 26 qui est reliée à l’enroulement secondaire 27 d’un transformateur abaisseur lesquelles la liquidation, puis va au sol de 31 à condensateur variable 29. Le 32 enroulement primaire du transformateur abaisseur a condensateur variable connecté 33 à travers elle et qu’elle alimente directement l’enroulement (s) de fréquence 34 transformateur (s) qui fournit du courant à travers d’enroulement (s) 35 à un moteur « M » ou d’un autre charge électrique (s).

Après avoir décrit les dessins, je vais maintenant décrire le fonctionnement de mon invention. Actionnez le commutateur 3 pour connecter la puissance d’entrée. Réglez l’éclateur 10 et le condensateur variable 11 de sorte que 100.000 volts à une fréquence de 500.000 cycles par seconde est livré à l’étape transformateur 8 de Fig.1. Ensuite, ajuster l’éclateur 21 de l’antenne d’émission 19 de sorte que tous les pics de tension () et des noeuds soit éliminées de la transmission des 100.000 volts le long de l’antenne par le courant à travers les surtensions 21 éclateur. La fréquence élevée de courant alternatif qui circule à 21 éclateur traverse le condensateur variable de 23 à 24 et au sol à partir de là, en arrière à travers le sol à 18 point de mise à la terre, à travers le condensateur variable 16 et retour à l’enroulement 13 du transformateur 8. Comme le Hz 500000 actuelle est la même que les courants générés par la terre et en harmonie avec elle, il s’ensuit naturellement que l’accumulation de courants telluriques vont fusionner avec celles ci pour le transformateur 8, pour fournir un réservoir de courants à haute fréquence à être attirées par  un circuit accordé de même que 500 kHz, telle que représentée dans la Fig.2, où l’antenne est tournée 25 à recevoir une fréquence de 500 kHz, par lequel le courant passe ensuite à travers un transformateur 27, un transformateur de fréquence de réglage (s), et à alimenter la charge (s) 38.

Le retour du courant à travers la terre de transmission de l’antenne 19, est préférable pour retourner à travers un fil pour que les pics de retour au sol des courants aillent jusqu’à des courants telluriques. Je préfère aussi, sous certaines conditions, d’utiliser un fil d’antenne unique à la place de l’antenne en boucle fermée montré sur la Fig.2. Dans certaines exigences opérationnelles, j’ai eu l’amélioration de la performance en ayant l’antenne d’émission élevé et porté sur des poteaux de plusieurs pieds au-dessus de la terre, et avec cet arrangement, il est nécessaire d’utiliser une tension et une fréquence afin d’accumuler des courants telluriques.

Par ce système de façon efficace, Frank, applique de très fortes pulsation et impulsions DC à une grande longueur de fil pris en charge dans une position horizontale, non loin au-dessus du sol. Les impulsions sont rapide en raison d’un éclateur  sur le côté primaire du transformateur, avec l’éclateur sur le côté secondaire (haute tension) du transformateur. Une puissance d’entrée de 500 watts donne une sortie de 3 kW de puissance à partir de ce qui semble être une pièce incroyablement simple de l’équipement.

Dave Lawton.

Un circuit semi-conducteur à l’état solide qui a fait ses preuves en produisant des impulsions, comme cela est montré dans le cadre de la réplication de Dave Lawton à la cellule de Stan Meyer carburant d’eau. Ici, un simple NE555 puce timer génère une onde carrée qui alimente un  Transistor l’BUZ350avec un effet de champ soigneusement choisis qui entraîne une cellule d’eau-répartiteur via une paire combinée des bobines d’arrêt au point « A » sur le schéma ci-dessous.

Stan Meyer a utilisé un anneau toroïdal en ferrite quand il tirait ces bobines d’arrêt tandis que Dave Lawton utilise deux barres droits en ferrite, haut et bas comblé avec des bandes de fer épais. Des bobines d’arrêt enroulées sur des tiges droites de ferrite fonctionnent très bien aussi. Les effets sont les mêmes dans tous les cas, la forme d’onde appliquée aux électrodes du tube est converties en très pointues, très courts, pointes de haute tension. Ces pointes de déséquilibrent, le milieu local quantique causant de vastes flux d’énergie, un infime pourcentage de ce qui arrive à s’écouler dans le circuit d’alimentation supplémentaire. La cellule fonctionne à froid, et à l’entrée du courant faible, tout à fait différent d’une cellule d’électrolyse ordinaire où la température augmente sensiblement et le courant d’entrée nécessaire est beaucoup plus élevé.

John Bedini

John Bedini utilise cette même pulsation  avec une bobine enroulée bi-filaire pour produire les mêmes très courtes pointes de tension très fortes qui déséquilibrent le domaine de l’énergie locale, causant d’importants flux d’énergie supplémentaire. Le chiffre indiqué ici est de son brevet US 6,545,444.

John a produit et généreusement partagé, beaucoup de dessins, qui sont tous essentiellement les mêmes et tout en utilisant un transformateur au ratio 1:1 bi-filaire. Celui-ci utilise un rotor à roue libre avec des aimants permanents intégrés dans cette jante, pour déclencher des courants induits dans les enroulements de l’unité de bobine marqué « 13b » qui passe par le transistor , la mise sous tension d’enroulement « 13a » qui alimente le rotor sur son chemin . Le pick-up coil « 13c » recueille l’énergie supplémentaire de l’environnement local. Après quelques tours de rotor (dicté par le rapport de vitesse vers le bas pour le second rotor), la charge du condensateur est introduit dans une seconde batterie « en charge ».

Le rotor est souhaitable mais pas indispensable pour que les bobines marquées 1 et 2 puissent être en auto-oscillation, et il peut y avoir n’importe quel nombre d’enroulements, montré en 3 dans le schéma. L’enroulement 3 produit de très courtes et vives, pointes de haute tension, ce qui est l’essentiel de la conception. Si ces impulsions nettes sont amenés à un accumulateur au plomb-acide (au lieu d’un condensateur  comme indiqué ci-dessus), puis un effet inhabituel est créé ce qui déclenche un lien entre la batterie et l’environnement immédiat, ce qui provoque l’environnement pour charger la batterie. C’est une découverte incroyable et parce que les impulsions de tension sont de haute tension avec la permission de l’1:1 bobines d’arrêt, la banque des piles à charer peut avoir n’importe quel nombre de piles et peut être empilé comme une banque de 24 volts, même si la batterie est conduite seulement 12 volts. Encore plus intéressant; c’est le fait que le chargement peut durer plus d’une demi-heure après que le circuit à impulsions soit éteint.

Il peut être difficile d’obtenir un de ces circuits accordés correctement pour travailler à plein rendement, mais lorsqu’ils le sont, ils peuvent avoir des performances de la COP> 10. Le hic majeur est que le mécanisme de chargement ne permet pas une charge d’être piloté à partir de la banque de la batterie pendant qu’elle est chargée. Cela signifie que, pour toute utilisation en continu, il doit y avoir deux groupes de batteries, l’une sur la charge et celle qui est utilisé. Un autre problème majeur est que les banques de batterie ne sont tout simplement pas adapté à un usage domestique important. Un lave-linge consomme jusqu’à 2,2 kilowatts et un cycle de lavage peut être une longue heure (deux heures si un « blancs » de lavage et un lavage « couleurs mixtes » sont effectuées l’une après l’autre (ce qui n’est pas rare). Pendant l’hiver, le chauffage doit être exécuté en même temps que la machine à laver, ce qui pourrait bien doubler la charge.

Il est recommandé que les batteries ne soit pas chargées bien au-delà de leur taux « C20″, soit un vingtième de leur Amp-Hour à valeur nominale. Disons que 85 Amp-Hour sont utilisé à loisir sur les batteries, alors le taux de tirage recommandé de leur part est de 85 ampères divisé par 20, ce qui fais 4,25 ampères. Nous allons pousser et dire que nous allons risquer le double, et en faire 8.5 ampères. Alors, combien de batteries aurions-nous besoin pour alimenter notre machine à laver en supposant que notre onduleur est efficace à 100%? Eh bien, 2200 watts sur un système de 12 volts est de 2200/12 = 183 ampères, donc avec chaque batterie contribuant 8.5 ampères, nous aurions besoin de 183 / 8,5 = 22 grandes batteries lourdes. Nous aurions besoin de deux fois ce nombre si nous devions les traiter à droite, plus deux fois  pour le chauffage d’hiver, disons 110 batteries pour un système fonctionel. C’est ampleur des bancs de batteries n’est pas réaliste. Par conséquent, il semble que les Bedini ne sont pas pratiques pour autre chose que petit matériel.

Toutefois, le point vraiment important ici, c’est la façon que lorsque ces impulsions courtes sont appliquées à une batterie au plomb-acide, un lien est formé avec l’environnement ce qui provoque de grandes quantités d’énergie qui s’écoulent dans le circuit vers l’extérieur. C’est extra d' »énergie libre ». Fait intéressant, il est fort probable que si les impulsions générées par Dave Lawton ( le séparateur d’eau)avec ce circuit représenté ci-dessus, ont été introduits dans une batterie au plomb-acide, alors la même charge de batterie est susceptible de se produire. Deux applications apparemment différentes, deux circuits différents en apparence, mais tout les deux sont producteurs de  fortes impulsions à haute tension qui attirent l’énergie libre dans l’environnement immédiat.

 

Publicités

Un commentaire sur “Systemes d’extraction d’energie libre

  1. Merci pour ces « quelques » explications 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :