2 Commentaires

Introduction

Puissance des aimants

Les aimants permanents ne peuvent pas faire n’importe quel travail?!

EXPERIENCES AVEC DES AIMANTS PERMANENTS NEODYME… par PiFoU25
Les aimants peuvent se soutenir contre l’attraction de la pesanteur quand ils collent sur ​​votre réfrigérateur, mais, nous dit-on, ils ne peuvent pas faire n’importe quel travail. Vraiment?

Le moyen le plus simple de faire un aimant permanent, c’est d’utiliser une barre d’acier, de la placer dans une bobine de fil de cuivre,et d’y faire passer un courant intense. L’acier, n’étant ni du fer doux, ni de la fonte, il possède la bonne quantité de carbone dans sa structure pour se situer entre les deux (Exemple : un tournevis est en acier, mais pas un clou). Le carbone est nécessaire pour avoir un matériau avec une induction coercitive élevée. L’important reste surtout de pouvoir générer un fort champ. La température, elle, est un facteur défavorable. Une haute température va favoriser la désaimantation (progressive ou très rapide, selon la position par rapport à la température de Curie du matériau considéré). Pour le fer, 770°C.

Quelle est la longueur de temps que nécessite l’actuelle barre de métal dans la bobine pour faire de l’aimant? Moins d’un centième de seconde.

Pendant combien de temps  l’aimant résultant peut supporter son propre poids contre la gravité? Des années? N’est-ce pas  étrange? Voyez combien de temps vous pouvez soutenir votre propre poids contre la gravité avant d’être fatigué. Des années et des années? moins alors? Des jours même? Non plus??

Eh bien, si vous ne pouvez pas le faire, comment se fait t’il que l’aimant le puisse? Suggérez-vous qu’une seule impulsion, d’une infime fraction de seconde peut pomper suffisamment d’énergie dans le morceau de fer pour l’en pouvoir durant des années? Cela ne semble pas très logique, non? Alors, comment l’aimant fait ?

La réponse est que l’aimant ne fait qu’exercer un quelconque pouvoir. De la même manière qu’un panneau solaire ne fais pas d’ effort en produisant de l’électricité, la puissance d’un aimant flux de l’environnement et non pas de l’aimant. L’impulsion électrique qui crée l’aimant, aligne les atomes à l’intérieur du fer et crée un champ magnétique « dipôle » qui a le même effet qu’ une pile « dipôle ».Le dipôle est le composant électrique le plus simple car il possède le nombre minimal de bornes : une borne d’entrée pour le courant électrique ainsi qu’une borne de sortie.
L’aimant polarise les l’environnement quantique qui l’entoure et provoque de grands courants de circulation, de l’énergie autour de lui. Un des attributs de ce flux d’énergie est ce que nous appelons « magnétisme » et qui permet à l’aimant de s’en tenir à la porte de votre réfrigérateur et y défier la gravité, pendant des années. Mais contrairement à la pile, nous n’avons pas à le mettre dans une position où il interompt son propre dipôle, pour le même résultat, l’énergie circule autour de l’aimant, à peu près indéfiniment.

On nous dit que les aimants permanents ne peuvent pas être utilisé pour faire un travail utile. Ce n’est pas vrai!

Il s’agit de la photo d’un homme chinois, Shenhe Wang, qui a conçu et construit un générateur électrique de cinq kilowatts de capacité. Ce générateur est alimenté par des aimants permanents et n’utilise donc pas de carburant pour fonctionner. Il utilise des particules magnétiques en suspension dans un liquide. Il aurait dû être présenté au public lors de l’Expo universelle de Shanghai du 1er mai 2010 au 31 Octobre 2010, mais le gouvernement chinois est intervenu et ne lui ont pas permis… Au lieu de cela, ils lui ont permis d’ afficher une version montre-bracelet de petite taille,qui  ne démontré que la conception et qui ne serait d’aucune utilité pratique dans la production d’électricité…

La plupart des inventeurs ne semblent pas s’en rendre compte, mais le gouvernement s’oppose au public de faire des dispositifs  d’énergie libre (même si ils sont heureux d’utiliser ces appareils eux-mêmes). Leur objectif est de dominer et de contrôler les gens ordinaires qui jouent un facteur majeur dans ce qui est de contrôler l’approvisionnement et de coût de l’énergie. Une deuxième méthode utilisée partout est de contrôler l’argent, et sans s’en apercevoir, les gouvernements parviennent à enlever environ 78% du revenu des gens, principalement par des méthodes cachées, les impôts indirects, les frais, honoraires, … Si vous voulez en savoir plus à ce sujet visitez, www.thrivemovement.com/ mais s’il vous plaît comprennez que la raison pour laquelle les dispositifs d’énergie libre ne sont pas à vendre dans votre magasin locaux est à voir avec le contrôle politique et les groupes d’intérêts financiers et n’a absolument rien à voir avec la technologie. Tous les problèmes technologiques ont été résolus, littéralement des milliers de fois, mais les avantages ont été supprimées par ceux au pouvoir.
Quelques informations sur la construction du moteur Wang sont disponible ici (pdf en anglais)

Le moteur comprend un rotor qui présente quatre bras qui est assis dans un récipient peu profond de liquide qui contient une suspension colloïdale de particules magnétiques:

Il s’agit d’un brevet sur ​​le moteur, mais il n’est pas en anglais ni en français.

M. Wang avait l’intention de donner sa conception du moteur à tous les pays dans le monde et les inviter à le faire pour eux-mêmes. Cette attitude très généreuse ne prend pas en compte les nombreux acquis des intérêts financiers de chaque pays, qui s’opposent à l’introduction d’un dispositif qui puise dans l’énergie libre et qui, par conséquent, reviendrait à détruire leurs flux continus de revenus. Il est même possible que vous ne seraient pas autorisés à aller en Chine, en acheter un et de le ramener avec vous pour une utilisation à la maison si un modele comme celui ci y était commercialisé.

Il n’est pas facile d’organiser des aimants permanents dans un modèle qui peut fournir une force continue dans une seule direction, comme il a tendance à être un point où les forces d’attraction et de répulsion se deséquilibrent. Il ya plusieurs façons d’éviter que cela se produise. Il est possible de modifier le champ magnétique en la détournant grâce à un composant de fer doux.

Il existe de nombreux autres dessins de moteur à aimant permanent, mais avant de montrer certains d’entre eux, il vaut probablement la peine de discuter de ce travail effectuée par l’arbre de rotation d’un moteur à aimant permanent. Avec une construction « maison » du moteur à aimant permanent, où les composants à bas prix ont été utilisés et la qualité du travail peut ne pas être aussi bien que prévu (comme dans une usine), la puissance de l’arbre peut ne pas être très élevé. Générer de l’énergie électrique est un objectif commun, et qui peut être obtenu en faisant passer des aimants permanents par des bobines de fil. Si l’on déplace un aimant près d’une bobine (ou si l’on déplace une bobine dans le champ magnétique d’un aimant), une tension électrique est induite (créée) aux bornes de la bobine. C’est le phénomène d’induction électromagnétique. Le signe de la tension dépend du sens de déplacement de l’aimant et du sens du champ magnétique. En faisant tourner régulièrement un aimant près d’une bobine, la tension induite est alternative. Elle est tantôt positive tantôt négative. C’est le principe de l’alternateur.

Malheureusement,  cela crée une traînée magnétique et la traînée augmente avec la quantité de courant électrique étant établi à partir des bobines.

Il ya des façons de réduire cette traînée sur la rotation de l’arbre. Une façon consiste à utiliser un style Ecklin-Brown, de générateur électrique, où la rotation de l’arbre ne bouge pas , mais se déplace d’un écran magnétique qui bloque alternativement et restaure un chemin magnétique à travers les bobines génératrices. Un matériau disponible dans le commerce appelé « mu-métal » est particulièrement éfficace.

John W. Ecklin a déposé le brevet US 3.879.622  le 29 Mars 1974. Le brevet est pour un générateur de moteur à aimant / électrique qui produit une puissance supérieure à l’apport nécessaire pour l’exécuter. Il ya deux styles de fonctionnement. L’illustration principale est la suivante:

Ici, l’idée est d’utiliser unefaible puissance du moteur pour faire tourner un blindage magnétique pour masquer l’attraction de deux aimants. Ce qui provoque un champ magnétique fluctuant qui est utilisé pour faire tourner un disque générateur.

Dans le schéma ci-dessus, le moteur au point «A» fait tourner l’arbre et des bandes de blindage au point «B». Ces rectangulaires mu-bandes métalliques forment un chemin très conducteur pour les lignes de force magnétiques quand ils sont alignés avec les extrémités des aimants et ils efficacement coupé l’attraction magnétique dans le domaine de point ‘C’. Au point ‘C’, le voyageur ressort est tiré vers la gauche lorsque l’aimant de droite est à l’abri et l’aimant de gauche n’est pas blindé. Lorsque l’arbre du moteur tourne encore, le voyageur est tirée vers la droite lorsque l’aimant gauche est à l’abri et l’aimant de droite n’est pas blindé. Cette oscillation est passé par liaison mécanique au point «D» où il est utilisé pour faire tourner un arbre utilisé pour alimenter un générateur.

Comme l’effort nécessaire pour faire tourner le bouclier magnétique est relativement faible, il est affirmé que la sortie dépasse l’entrée et  ainsi peut être utilisé pour alimenter le moteur qui fait tourner le blindage magnétique.

La deuxième méthode pour exploiter l’idée est montré dans le brevet en tant que:

Ici, l’idée même de protection est utilisé pour produire un mouvement alternatif qui est ensuite converti en deux mouvements de rotation pour conduire deux générateurs. La paire d’aimants ‘A’ sont placés dans un boîtier et pressées l’une vers l’autre par deux ressorts. Lorsque les ressorts sont complètement sortis, ils sont juste au-dessus du bouclier magnétique «B». Quand un petit moteur électrique (non représenté sur le schéma) déplace le bouclier magnétique de la route, les deux aimants sont fortement repoussés les uns des autres qant leurs pôles Nord sont rapprochés. Cela comprime les ressorts et à travers les liens à ‘C’ ils tournent deux arbres afin de générer une puissance de sortie.

Une modification de cette idée est le générateur de Ecklin-Brown. Dans cet arrangement, l’arrangement d’un blindage magnétique mobile fournit une sortie électrique directe plutôt que d’un mouvement mécanique:

Ici, le même moteur tournant l’agencement du blindage magnétique , mais les lignes de force magnétique sont bloqués avant de s’écouler à travers une centrale (piéce au milieu). Cette piéce est constituée de rubans de fer stratifiés et a une bobine de détection ou des bobines enroulées autour d’elle.

Le dispositif fonctionne comme il suit:

Dans la position représentée sur la gauche, les lignes de champ magnétique s’écoulent vers le bas la force à travers les bobines de détection. Lorsque l’arbre du moteur a tourné quelques quatre-vingt dix degrés supplémentaires, la situation sur le droit se produit et là, les lignes de champ magnétique de flux de force vers le haut à travers les bobines de détection. Ceci est illustré par les flèches bleues dans le diagramme. Ce renversement de flux magnétique a lieu quatre fois pour chaque rotation de l’arbre moteur.

Bien que la conception Ecklin-Brown suppose qu’un moteur électrique est utilisé pour faire pivoter l’écran en mu-métal, il ne semble pas y avoir de raison pour laquelle la rotation ne devrait pas être fait avec un moteur à aimant permanent.

De retour aux moteurs à aimants permanents;l’un des plus grands noms dans ce domaine est Howard Johnson. Howard a construit, démontré et acquis le brevet US 4,151,431 le 24 Avril 1979. Il a utilisé le puissant mais très cher Cobalt / aimants samarium pour augmenter la puissance de sortie et a démontré les principes automobiles le printemps 1980( édition de Science et de magazines Mécanique). Sa configuration du moteur est indiqué ici:

Le point qu’il a fait est que le flux magnétique de son moteur est toujours déséquilibré, produisant ainsi un entraînement de rotation continu. Les aimants du rotor sont reliées par paires en gradins, relié par une culasse non magnétique. Les aimants de stator sont placés sur un cylindre tablier mu-métal. Le Mu-métal est très hautement conducteur au flux magnétique (et coûte cher). Les états que l’aimant induit est 3.125 « (79,4 mm) de long et les aimants du stator sont de 1 » (25,4 mm) de large, 0,25 « (6 mm) de profondeur et 4 » (100 mm) de long. Il indique également que les paires d’aimants du rotor ne sont pas fixés à 120 degrés, mais sont légèrement décalés pour lisser les forces magnétiques sur le rotor. Il indique également que l’entrefer entre les aimants du rotor et le stator sont un compromis entre l’écart et le lissage de la course. Ainsi, un écart est choisie pour donner la plus grande puissance à un niveau acceptable de vibration.

Howard considère que les aimants permanents doivent être à température ambiante pour être supraconducteurs. Vraisemblablement, il voit le matériau magnétique comme ayant des directions de spin d’électrons dans des directions aléatoires de telle sorte que leur champ magnétique net est proche de zéro jusqu’à ce que les spins des électrons sot alignés par le procédé de magnétisation qui crée ensuite un ensemble net de champ magnétique permanent, mis à jour par le flux électrique supraconducteur.

Le dispositif magnétique est montré ici, avec les lacunes inter-aimants évalués à partir du dessin dans le brevet Howard:

Un article de magazine sur le moteur de Howard peut être vu ici.

L’aimant permanent du moteur/générateur Carousel, le brevet US 5.625.241 présente les détails spécifiques d’un générateur électrique simple alimenté par des aimants permanents à eux seuls. Ce générateur peut également être utilisé comme un moteur. La construction n’est pas particulièrement compliqué:

Il utilise un dispositif dans lequel des aimants permanents sont associés à chaque jeu de bobines  autour du rotor. Son fonctionnement est auto-alimenté et l’agencement d’aimants est clairement défini:

Et la disposition physique de l’appareil n’est pas particulièrement compliqué:

Il s’agit d’un brevet qui vaut vraiment la peine d’être lu et étudié, d’autant plus que ce n’est pas une présentation compliquée de la part des auteurs, Harold Ewing, Russell Chapman et David Porter. Ce générateur apparemment très efficace semble être négligé à l’heure actuelle. Il semble assez clair que les moteurs à aimants permanents sont des options tout à fait viable pour le constructeur « maison », ils sont capables de puissances importantes sur de longues périodes, cependant, il convient de noter que les moteurs utilisant des aimants seuls sont notoirement difficiles à obtenir opérationnelle, les moteurs qui utilisent le déplacement de blindage ou le blindage électrique pulsé sont beaucoup plus viable pour le constructeur la première fois : des moteurs tels que le moteur Charles Flynn ou le Stephen Kundel moteur.

Publicités

2 commentaires sur “Introduction

  1. Dans le générateur Ecklin, les pièces tournantes peuvent-elles être en acier normal ou en fer doux,?
    Merci de me répondre
    F.ABSIL

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :